La croissance et le succès des applications mobiles n’est plus à démontrer. De nombreuses entreprises ont franchies le pas, d’autres sont en train et certaines y songent.


Comparatif app store/iTunes store

Source : http://www.asymco.com/2010/09/08/itunes-app-total-downloads-to-overtake-songs-this-year/

Your browser may not support display of this image.

Dans le processus menant à l’élaboration d’une stratégie mobile une question revient souvent : dois-je développer une application native (et si oui pour quelles plateformes ?), une web app ou les deux ?

Après avoir défini ces éléments, cet article apportera des réponses à ces questions. Le poids de certains points évoqués sera bien évidemment à mettre en perspective avec vos contraintes.

Définitions

Application native : Une application spécifiquement développée pour fonctionner sur le système d’exploitation d’un constructeur. Il est dans ce cas nécessaire de développer une application pour chacune des plateformes où l’on désire être présent.

Web application : Une application accessible depuis n’importe quel terminal disposant d’un navigateur internet et d’un accès internet. Elle peut être obtenue en développant un site internet optimisé mobile ou en adaptant le site en place.

Comparatif

Coût

La web app est nettement moins coûteuse qu’une application native, en raison des différents supports mobiles à adresser (iOS, Android, Windows Mobile, Blackberry, Symbian…) qui nécessitent autant de développements.

ROI

Bien que moins chère à développer, la web app apporte généralement un retour sur investissement moindre. L’application native a ici deux avantages :

  • un accès direct et facilité à un large réservoir de consommateurs,
  • l’intégration complète des systèmes de paiement.

Les applications natives et les web app permettent toutes les deux de mettre en place une rémunération basée sur la publicité.

Temps de développement, maintenance et accès au marché

Pour les mêmes raisons que le coût, la web app est plus rapide à développer et à maintenir. Il est également à noter que le processus d’approbation des applications imposé pour les applications store peut être long et retarder le lancement d’une application de plusieurs semaines. Certaines applications se sont mêmes vues refuser l’accès à l’application store, situation désagréable quand d’importantes sommes ont déjà été investies pour le développement de l’application.

Cette perte de contrôle sur la vie de l’application peut constituer un obstacle majeur, auquel la web app n’est pas confrontée.

Expériences utilisateur et performance

Esthétiquement les navigateurs HTML5/CSS3 présents sur de nombreux téléphones permettent d’atteindre des interfaces très réactives et plaisantes pour l’utilisateur.

Cependant, l’accès à certaines fonctions telle que l’ Accéléromètre, la Camera, les Contacts et la gestion les Fichiers… est à l’heure actuelle accessible uniquement aux applications natives. Ces manques devraient être comblés dans les deux années à venir.

Autre limite des web app :

Les applications nécessitant une grosse puissance de calcul et les applications ayant recours à la 3D (jeux).

Comportement hors connexion

Ce point est adressé par les deux solutions mais de manière différente :

  • la web app peut tirer parti du html5 et de ses capacités à permettre la navigation sur un site en mode hors connexion,
  • l’application native peut embarquer les informations nécessaires et également mettre en cache ou enregistrer lors d’une connexion des données.

Visibilité sur le marché

L’application native dispose des applications store lors du lancement qui peuvent permettre, en cas de succès de l’application, de la placer dans le top des téléchargements et d’augmenter très nettement sa visibilité.

Cet avantage moins accessible dans le cadre d’une web app est à pondérer par le succès énorme des applications mobiles rendant de plus en plus difficile l’accès au top.

Analytics

Les deux solutions proposent des outils pour analyser les utilisateurs de son application, mais là ou ils seront parfois incomplets et hétérogènes pour les applications natives. Google analytics met par exemple à disposition un sdk pour android et iOS http://code.google.com/mobile/analytics/docs/ mais non disponible pour blackberry par exemple.

La web application propose elle, un large éventail de solutions simples et éprouvées.

Développer sur les deux supports

Beaucoup d’acteurs sur le marché ont fait le choix de se développer sur les deux marchés, voici les principales raisons de ces décisions :

  • Maximiser le nombre de consommateurs,
  • Essayer les deux possibilités, le marché étant encore jeune, de nombreuses entreprises ont cherché à se faire une idée, des avantages et inconvénients des ces solutions appliquées à leur contexte,
  • Utiliser les avantages de chacunes des plateformes pour offrir deux produits différents,
  • La qualité de leur architecture leur permettait facilement de décorréler l’affichage de la donnée et a réduit le ticket d’entrée sur chacun de ces plateformes.

Source: GIA native vs. web app industry survey, Feb-Mar 2010

Alternatives

Face à ces limites des alternatives sont apparues, aucune ne règlent l’ensemble des inconvénients listés précédemment, cependant, certaines peuvent être des solutions parfaites à votre problématique.

WebView

Il est possible est notamment sur iOS de développer une application native affichant le contenu d’une page web, ou une partie de cette page. Cette alternative est très souvent utilisée dans la presse.

Convertisseurs

Suite à la croissance des applications mobiles natives, de nombreuses solutions proposant de convertir une application web en application native ont vu le jour. Une des plus aboutie à ce jour est PhoneGap qui propose de convertir vos applications web en applications natives pour iPhone, Android, Blackberry, Symbian et Palm.

Plus fort encore, PhoneGap permet également d’accéder à certaines des API de bas niveau : localisation, vibreur, accéléromètre, son, liste des contacts…

Le fondateur de PhoneGap décrit ainsi son projet : “The idea is you write one code base and it should work smoothly on all three devices.” – Rob Ellis

Pour les futures fonctions et l’accès aux windows phone, je vous invite à consulter la roadmap : http://wiki.phonegap.com/Roadmap.

Autres convertisseurs :

http://www.appcelerator.com/

http://mkt.appmobi.com/

http://www.vaayoo.com/

Quelles plateformes choisir

Si l’iPhone et Android semblent incontournables, il n’existe pas de bonne réponse à cette question, une analyse de vos consommateurs et de vos objectifs vous permettra d’établir si le développement pour une plateforme est une action rentable ou non.

Si vos objectifs sont de toucher une cible le plus large possible avec un budget limité la web app sera probablement un choix judicieux ! Dans tous les cas, la qualité de votre SI sera un facteur clé de succès dans votre démarche vers le mobile, et ce projet sera peut être l’occasion d’en redéfinir certains aspects.

Conclusion

Cet article touche à sa fin, nous avons pu présenter les web apps et les applications natives. Après avoir parcouru leurs avantages et inconvénients, nous avons également montré les alternatives existantes.

Pour finir cet article, j’aimerais vous parler de deux produits qui sont à étudier si vous faites le choix de la web app : http://jqtouch.com/ et tout particulièrement http://jquerymobile.com/, il s’agit de deux frameworks proposant des composants et fonctions facilitant grandement le développement d’une application mobile.

Jquery mobile, n’est pas encore disponible mais son lancement aura lieu à la fin de la semaine et fort de la communauté Jquery il s’annonce très prometteur.