Avant même son lancement officiel, l’iPad mini était déjà un succès annoncé. S’appuyant sur deux arguments de taille, son « petit » format et son coût « moindre », l’iPad mini avait tout du produit attendu au sein de la gamme Apple. Après quelques jours de disponibilité, c’est déjà la rupture de stock. Quelle surprise ! Déjà adopté par de nombreux particuliers, son succès est-il pour autant garanti dans les entreprises ?

Quelles sont les forces de l’iPad mini par rapport à l’iPad (historique) ?

Au delà de ses mensurations et de son mini prix (pas si mini que ça !), la première force de cet iPad est sa maniabilité. En passant de 9,7 à 7,9 pouces (un écart finalement assez relatif), l’iPad mini a franchi un gap important : il tient dans une main. Son usage devrait donc être différent. Impossible hier de lire dans les transports en commun (sauf pour les chanceux assis) à moins d’être équilibriste. Demain, avec une main pour s’accrocher, et l’autre pour visualiser son iPad mini, le problème est réglé. De plus, avec seulement 308g (contre 652g pour son aîné), cette version réduite devient une version plus transportable, qui devrait accompagner ses acquéreurs dans tous leurs déplacements (au même titre que leur smartphone ?). Enfin, son format en fait un objet plus discret. Même s’il conserve l’excellent design de la marque, l’iPad mini devrait être moins remarqué et peut-être aussi moins sujet au vol. Une raison supplémentaire de le montrer davantage.

En réduisant son format et en abaissant son prix, l’iPad mini vient jouer sur un nouveau terrain. Trusté par Amazon et ses Kindles (Touch, Fire, Fire HD…), Apple entre en concurrence directe (elle était moins frontale jusque là) avec le géant du commerce électronique de Seattle, mais également avec Google et sa Nexus 7 et avec la Galaxy Tab 7 de Samsung. L’objet de cet article n’est surtout pas de faire un comparatif (il y en a déjà bien assez), ni de désigner « le meilleur » car selon moi, il n’y en a pas ! L’affaire est avant tout une histoire de goût, d’usage, de budget…

En revanche, il est légitime de se demander si ce format est tout aussi adapté au monde de l’entreprise ?

L’iPad mini comme outil professionnel ?

Depuis Mars 2010, l’iPad est bien ancré dans le monde de l’entreprise. Dès sa sortie, les directions commerciales et les directions générales ont été les premières à l’adopter. Ces utilisateurs seront-ils prêts à remplacer leur iPad parfois vieillissant (la première génération s’essouffle un peu après 2 ans d’utilisation !) par son petit frère ? Pas si sûr. A priori, les caractéristiques extérieures de l’iPad mini en font un outil encore plus adapté à une utilisation en itinérance. Premier bon point. Ensuite, son prix, dans un contexte économique toujours difficile, peut s’avérer un argument de poids (170 euros d’écart entre deux versions 16Go) pour les entreprises en quête de réduction de coût. Mais selon moi, les bons points s’arrêtent là.

Sa taille, argument positif pour une partie du grand public devrait être un frein important pour les populations s’appuyant sur leur tablette comme d’un support de présentation. La lecture de pdf ou de présentation (keynotes ou autres) paraît parfois déjà compliquée sur un écran de 9,7 pouces alors avec presque 2 pouces de moins… c’est mission impossible. En tant qu’outil de travail, un écran de taille réduite peut donc s’avérer être une mauvaise nouvelle.

De même, la puissance modérée (certains disent « honorable ») de cet iPad mini pourrait être un frein lors d’un investissement à but professionnel. L’iPad mini aura une puissance équivalente à l’iPad 2, soit 512 Mo de RAM (puce A5). De son coté, son grand frère fonctionnera avec la puce A6X possédant 1024 Mo. Peu de tests permettent de mesurer l’écart réel de performances entre l’iPad mini et ses différents cousins : iPad 2, iPad 3, iPad 4, iPhone 5. Le site Mac4ever a publié récemment un comparatif qui met en évidence d’assez faibles écarts entre l’iPad mini et les iPad 2 et 3. Ces écarts semblent plus important avec l’iPad 4 (la dernière génération). Voir ici. Pour de gros applicatifs métiers, cela pourrait s’avérer être un handicap, mais un handicap léger !

Bilan

L’iPad mini a déjà convaincu de nombreux utilisateurs et son succès ne fait aucun doute. Face à une concurrence féroce, notamment d’Amazon, de Google et de Samsung, le dernier né de la gamme Apple devrait rapidement trouver sa place. Malgré son prix (trop ?) élevé par rapport à ses principaux rivaux, son design efficace allié à la puissance marketing d’Apple devrait suffire à son succès commercial. Cependant, l’iPad mini pourrait rencontrer un succès moindre au sein des entreprises.

Conclusion

Ses dimensions me semblent un frein important pour une utilisation professionnelle notamment par les utilisateurs « historiques » que sont les commerciaux, ou les dirigeants itinérants. Pourtant, pour d’autres populations (ex: électricien, contrôleur SNCF, postier, plombier…) et d’autres besoins (ex: la collecte d’information), l’iPad mini pourrait avoir le bon format…