Au retour d’une conférence intitulée Tous décideurs dans l’entreprise, je suis convaincu de l’intérêt de développer une offre de pilotage de la performance, spécialisée dans les Systèmes d’Information. Mais pourquoi, me direz-vous ?

Cela participe à une tendance actuelle de sécurisation des prises de décisions. Piloter la performance, c’est :

  • tirer enseignement des actions passées et des informations fraîchement recueillies,
  • anticiper les décisions actuelles,
  • collaborer pour construire les plans d’actions à venir.

Je définirai ainsi le sujet du management de la performance par la capacité à prendre des décisions éclairées. Les 3 piliers qui y participent sont :

  • la performance
  • les décisions
  • les informations.

En effet, la performance d’une activité repose sur la capacité à prendre de bonnes décisions, éclairées par des informations fiables.

Ces éléments théoriques étant posés, que pouvons nous en attendre ?

L’éditeur Cognos (société du groupe IBM) annonce qu’il signe de plus en plus de projets de mise en place d’un outil de pilotage d’activité au sein des DSI. En même temps, les éditeurs (Cognos, Nexance PM…) font face à une concurrence féroce : le duo infernal Excel / PowerPoint, très utilisé pour les restitutions en comités.

Le fameux TCO d’une solution de pilotage de la performance va au-delà de l’acquisition des droits de licences. C’est pourquoi, il est important d’évaluer les impacts générés par le déploiement de ce type de solutions logicielles, en termes de ressources humaines et d’infrastructures (réseau, hardware…).

Finalement, en adressant les besoins d’une DSI en terme de pilotage de la performance, je me dis que l’offre de Neoxia (Gouvernance et Performance du SI) couvre un périmètre intéressant qui risque de bouleverser le mode de fonctionnement des directions informatiques.