Precise Pangolin

La dernière mouture d’Ubuntu, nommée Precise Pangolin sortira le 26 avril prochain. C’est une version majeure du fait de sa maintenance sur le long terme, prévue pour les cinq prochaines années.
Qui dit support à long terme dit peu de modifications en profondeur, mais comme dans toute nouvelle version d’Ubuntu de nombreuses améliorations sont néanmoins présentes.


La précédente version LTS date d’avril 2012, son support est assuré jusqu’en avril 2013 pour la version Desktop et avril 2015 pour la version Server. La version 12.04 sera elle maintenue jusqu’en avril 2017. Un cycle de développement et de support aussi précis que transparent dont devraient s’inspirer les autres éditeurs.

Peu de changements sur le noyau et la version Server

Cette version sera basée sur la version stable 3.2.14 du noyau Linux. Une revue “intensive” de la configuration du noyau Ubuntu a été effectuée, peut-être dans le but peut être d’en réduire la consommation électrique ?
OpenStack (la brique logicielle permettant la mise en oeuvre de cloud privé ou public) est mise à jour en version Essex 3. OpenStack qui a d’ailleurs aligné ses cycles de développement sur ceux d’Ubuntu.
Avec l’introduction de MAAS (Metal As A Service), cette version embarque un outil de déploiement et de supervision de masse du système Ubuntu Server, à destination des serveurs physiques. Créer et administrer un cloud privé ou public est l’objectif conjoint de MAAS et de Juju. Ces outils permettront d’administrer des serveurs physiques ou des instances virtuelles de la même manière.

Squid (le proxy) passe en version 3.

Une version Desktop qui s’améliore encore

L’amélioration principale de cette version s’appelle HUD (Head-Up Display) ou en français “affichage tête haute”. Elle permet de donner un accès plus facile aux différents menus applicatifs. Appuyez sur la touche Alt et entrez quelques lettres ou mots et les différents menus s’afficheront dans une liste. Un appui sur la touche Entrée exécutera l’action. Une nouvelle façon d’éviter de se perdre dans les menus et/ou de découvrir les fonctionnalités d’un logiciel.

Une nouvelle fonctionnalité qui tient ses promesses à l’usage et qui restera surtout pratique pour les logiciels peu utilisés comme ceux dont les menus ressemblent à des labyrinthes. Les prochaines versions devraient également pouvoir être commandées à la voix. À terme, HUD devrait remplacer les menus dans les applications Unity, si l’adoption par les utilisateurs est généralisée.

Le lecteur de musique par défaut redevient Rhytmbox, lequel intègre Ubuntu One music store. Avec des tarifs équivalents à ceux de l’iTunes store, celui-ci devient une alternative crédible.

La logithèque (Le software center) bénéficie elle aussi de plusieurs améliorations:

  • Possibilité d’afficher des recommandations personnalisées
  • Paiement par PayPal
  • Démarrage et exécution plus rapide

Une nouvelle fonctionnalité Vie privée apparaît dans les paramètres système, ce qui permet de choisir la durée de conservation de l’historique au niveau du système. Elle permet aussi de ne pas enregistrer les activités sur différents types de fichier. En effet, le champ de bataille du droit à l’oubli ne se limite pas seulement à Internet puisqu’il s’étend aussi à nos systèmes d’exploitation.

En conclusion

Precise Pangolin est une version nécessaire de stabilisation après l’introduction du Cloud et d’Unity dans les versions précédentes mais sans apport de modifications majeures. Son auteur, Marc Shuttleworth a d’ailleurs baptisé cette nouvelle version d’un nom qui selon lui évoque la cohérence, la robustesse et la précision.

Rendez-vous le 26 octobre prochain pour la sortie de la version 12.10.

Références :

Pour aller plus loin :