Dans le courant de l’année, Microsoft met sur le marché la nouvelle version de son moteur de base de données. Les bêtas de SQL Server 2008 ont déjà beaucoup circulé, et cette version était clairement mise en avant lors des TechDays de ce début d’année. Ainsi, la communication de Microsoft fait de cette version une étape sur la route qui mène à SQL Server 201X.

Pour un concepteur de base de données, cette version n’apporte pas de nouveautés bouleversantes. Les nouveaux types de données (geometry et geography) semblent voués à une utilisation relativement marginale. On peut trouver des exemples utilisant ces nouveaux types sur de nombreux sites.

En fait, l’apport majeur réside dans la disponibilité du file streaming, qui offre une vraie solution pour la manipulation des very large object (LOB, VLOB). Auparavant, SQL Server était un peu faible sur la manipulation de ce type de données. La stratégie de file streaming apparaît comme un bon compromis entre stockage et performance.

SQL serveur comporte des fonctions de sécurisation des données par cryptage, et ceci de manière dédiée par utilisateur. Cette option suppose l’accès aux données via l’authentification Windows. Le cryptage des données revêt un intérêt particulier, lorsque l’accès au SI est ouvert à des acteurs tiers. Ce cryptage peut aussi rendre plus difficile l’exploitation de la donnée. L’emploi de ces fonctions doit donc être considéré avec mesure. Les sauvegardes peuvent également être cryptées, ce qui permet de garantir la confidentialité lors des échanges entre acteurs du système d’information. Par exemple, dans le cadre de la tierce maintenance applicative, il est fréquent d’avoir à échanger des sauvegardes.

SQL Server offre également des fonctions de compression. Les différents blogs sur le sujet sont partisans de la compression en ligne. Elle permet d’améliorer les transferts entre le support de stockage et le moteur. En complément du partitionnement, la compression permet également d’améliorer la prise en charge des tables très volumineuses. Assez naturellement, la compression s’applique également aux sauvegardes, permettant ainsi d’en réduire le volume et la durée.

Une dernière fonctionnalité est la gestion de quotas par utilisateur ou groupe d’utilisateurs. En permettant de limiter sélectivement l’usage des ressources, les quotas sont un facteur d’amélioration des performances et potentiellement de la disponibilité. Séduisante sur le papier, l’emploi de cette fonction implique une maîtrise des profils d’utilisateurs, et requiert éventuellement un réglage fin.

Voilà pour un rapide tour d’horizon des nouveautés de SQL Server 2008 ! Cette version, si elle ne révolutionne pas l’univers du développeur, est porteuse de gains d’exploitabilité, appréciables sur les bases à forte volumétrie.

Références

Nouveauté de SQL Server

File streaming

Compression

Billets sur le même thème