Pour maintenir un Système d’Information en fonction, encore faut-il savoir quand il ne fonctionne plus, ou quand il est en risque de ne plus fonctionner.

Alerter pour anticiper, c’est là l’objet de la supervision.

Supervision et gestion de parc

La supervision est liée à une démarche de garantie du niveau de service. Elle s’appuie sur la surveillance des éléments constitutifs du système d’information, notamment du point de vue de la performance et de la disponibilité. La gestion de parc est, quant à elle, un inventaire matériel et logiciel de l’existant d’un parc informatique.

Loin de s’opposer, les deux approches se combinent naturellement, et contribuent à simplifier l’administration du système d’information.

Un tableau de bord de l’état de santé du SI

Il est possible de mettre en place des solutions de supervision qui surveillent étroitement les éléments du système d’information :

  • charge processeur, mémoire, disque, réseau ;
  • état des services critiques de production ;
  • temps de réponse et disponibilité.

Des agents déployés sur les serveurs remontent ces informations en utilisant, par exemple, le protocole SNMP. Les informations sont ensuite affichées sur une seule et même console.

La supervision permet une vision globale et en temps réel du système d’information. Elle s’inscrit pleinement dans une démarche de qualité de service.

Alerter en cas d’incident

Dès la survenue d’un incident, il est possible d’être averti immédiatement ou presque. L’alerte peut ainsi être communiquée notamment via :

  • un mail,
  • un SMS,
  • la console de supervision, par exemple sous forme graphique.

La solution de supervision Nagios offre, par exemple, 4 niveaux d’alerte pour qualifier un incident. Afin de surveiller l’espace disque d’un serveur, il est possible de définir divers seuils de consommation de l’espace disque, associé chacun à un niveau d’alerte. Nagios peut alors émettre une alerte bien avant que le disque ne soit complètement saturé.

Les systèmes d’alertes signalent bien les incidents, mais aussi leurs signes avant-coureurs. Ils permettent ainsi de régler les problèmes le plus vite possible, sans impacter l’utilisateur.

En conclusion

La supervision est une pierre angulaire de l’exploitation du Système d’Information. En donnant une vision claire, la supervision donne l’assurance d’être prévenu en amont des incidents, ou, au plus tard, à leur apparition. La supervision permet alors d’établir rapidement un diagnostic. Le service peut alors être maintenu en opération ou rétabli rapidement. Il en découle une certaine sérénité.

Comme bien souvent, il vaut mieux prévenir que guérir.