Comme tous les ans, en février, Microsoft invitait la communauté des utilisateurs de ses technologies à une présentation des dernières versions de ses produits et de sa stratégie technologique.

J’ai choisi de traiter, dans ce premier billet, d’un des produits phare de ces TechDays, à savoir Visual Studio 2010.

Une meilleure lisibilité de l’offre

Commençons par une bonne nouvelle : la gamme Visual Studio se simplifie.

Les différentes versions de Team System disparaissent, et c’est tant mieux ! Il est vrai que plus grand monde n’y comprenait grand chose, et que cette hyper segmentation marketing faisait plutôt sourire, au regard de ce qui se fait dans le monde open source.

Le positionnement de chaque produit de la gamme Visual Studio est donc dorénavant le suivant :

Les fonctionnalités de tests réintègrent le scope de l’édition Premium ; l’édition Ultimate, quant à elle, cible la population des architectes.

Tout pour le développement Web 2.0

Le framework ASP.NET Ajax évolue fortement, et intègre dorénavant jQuery. Ce sujet sera d’ailleurs l’objet d’un futur billet sur le blog Neoxia, stay tuned. À l’honneur également cette année, on retrouve la distribution des traitements entre les différentes couches applicatives avec les protocoles OData et WCF Data Services. Tous deux ont émergé du projet AstoRIA, et offrent la possibilité d’exposer des données simplement, via des services Web REST. Et enfin, nous avons gardé le meilleur pour la fin, le grand retour du RAD, qui était sur toutes les lèvres… en 2010. Eh, oui ! En effet, comme illustré dans l’exemple e-Shop, le modèle d’architecture .NET le plus tendance en ce moment repose sur :

  • une application Web en Ajax,
  • la couche « métier » basée sur Entity Framework,
  • le tout relié par WCF Data service comme protocole de communication entre les deux.

Ce modèle d’architecture permet de mettre en œuvre rapidement des solutions simples, à la manière de ce que propose des frameworks comme Ruby On Rails, dont il s’inspire en partie. Toutefois, on ne peut sur ce point que constater que Microsoft comble son retard, en proposant dorénavant ce que certains qualifierait simplement de must have.

Au final, une réelle avancée

En effet, si Visual Studio 2010 ne révolutionne pas fondamentalement les langages qui sont arrivés à maturité, il fournit un ensemble de patterns orientés vers la productivité, dont les gains seront appréciables dans la vie quotidienne des projets.